Salle de presse

#
Follow Fortigo Transportation Group on LinkedInFollow Fortigo Transportation Group on FacebookFollow Fortigo Transportation Group on Twitter

Salle de presse | Nouvelles

L'entrepreneur qui a fondé une entreprise de camionnage, a survécu à la Grande Récession et c’est taillé une niche - tout cela avant d'avoir 30 ans

Le 15 décembre 2015
Par James Menzies

Etobicoke, Ontario. - Il n'a jamais fait aucun doute qu’ Elias Demangos ferait carrière dans l’industrie du camionnage. Son père Angelo est arrivé au Canada en provenance de Grèce en 1969 et a acheté un camion. A partir de ce seul camion, il a établi Fairway Canadian Express, qui en 2004 a fusionné avec Watkins Motor Lines.

Ces entités combinées généraient 1,4 milliards $ en revenus au moment de l’acquisition par Fedex en 2006.

Parmi les premiers souvenirs du jeune Demangos sont ceux alors qu’il explorait les entrepôts de son père. Je voyais toutes ces marchandises variées et de couleurs différentes. J’étais fasciné par ces produits," rappelle Demangos. " Je trouvais toujours cela excitant. Le transport n’est pas une industrie facile. Mon père avait l'habitude de dire que le camionnage est comme posséder un restaurant à New York un samedi soir. C’est toujours la folie furieuse, il faut que chaque plat soit toujours parfait lorsqu’il sort de la cuisine. Vous ne pouvez pas servir un mauvais repas et dire: « Eh bien, j’ai servi 1,000 personnes ici aujourd'hui et un seul plat était mauvais» Pour cet individu, c’était le seul plat qu’il avait. Pour lui vous êtes 100% mauvais. "

Demangos a fait ces études à York University, Schulich School of Business et a obtenu son BAA, tout en gardant un œil sur ses intentions de fonder sa propre entreprise de transport. Il avait identifié le segment de flotte dédiée comme celui qui était en croissance et riche en opportunités.

Mon père avait des clients de flottes dédiés, il trouvait qu'il avait une plus grande cohérence dans la relation, dans le partenariat et dans la fluctuation des revenus», explique Demangos. "Vous pouvez trouver de meilleurs camionneurs que vous pouvez les unir a un contrat attrayant, le camionneur sera à la maison tous les soirs, parce qu’ 'il retourne a son terminal d’attache chaque jour après sa journée de travail.

Le compromis est des marges généralement plus faibles que dans le camionnage de chargement complet ou LTL, reconnait Demangos, et les cycles de vente qui peuvent durer de trois à cinq ans rendent cela difficile de générer des revenus dès le début. #

Quand il a lancé Fortigo Freight Services en 2006, à l'âge de 22 ans, Demangos a commencé un peu comme son père - avec un seul camion. Il a même fait sa première charge lui-même.

"Je me souviens de la première livraison; c’était une livraison de Aurora à Bolton et c’était de l’autre côté de King Side Road en plus c’était une livraison avec un hayon élévateur. Je me suis loué un camion. J’avais des palettes à ramasser et je me souviens d'être le conducteur et le répartiteur et que je devais faire la facturation plus tard, "rappelle Demangos. "Quand j‘ai débuté mon état d'esprit était, je vais démarrer de la façon dont mon père a démarré son entreprise, sans aucune ressource.

Bientôt, Demangos a été en mesure d'ajouter des camions pour atteindre son objectif de devenir un fournisseur de flotte dédiée.

En 2006, quand est venu le temps d'embaucher son premier employé de bureau à temps plein, Demangos a appelé Marie Deveau, qui avait été la première employée de son père en 1975. Il lui a demandé de se joindre à l'entreprise dans un rôle de service à la clientèle, la même capacité dans laquelle elle a aidé son père à grandir quelques décennies plus tôt. Elle a accepté. Le plan se concrétisait. Peu après, l’économie mondiale c’est effondré.

Demangos se souvient exactement où il était quand il lui vint à l'esprit de l'économie mondiale était sur le point de sombrer, menaçant de faire dérailler son entreprise qu'il avait travaillé si fort pour développer avec Fortigo.

"Le chiffre d'affaires chutait de 50% de mois en mois",. «J’.étais à une réunion d'affaires en Floride et je me souviens je regardais CNN. C’était en octobre. Je me souviens avoir regardé CNN et c’était comme si le monde venait de s’effondrer. "

A cette époque Fortigo avait environ une douzaine de camions sur la route et des entreprises de camionnage mieux établies s’apprêtaient à disparaitre.

C’était comme être dans l'océan Atlantique, lors d’une des pires tempêtes, vous êtes que dans une chaloupe à rame, montez et descendez et vous regardez à votre droite et à votre gauche, voyez ces gros navires qui peuvent difficilement résister à cette tempête et aux vagues ", rappelle Demangos. "Certains d'entre eux se brisent et coulent, vous pensez, comment diable vais-je me sortir de cela?"

Pendant les mois tumultueux de la Grande Récession, Angelo Demangos le père avait une influence apaisante.

"Il me disait, 'mon fils, Je suis passé par trois ou quatre de ces hauts et ces bas au cours de ma carrière de 50 ans. Ne te concentre pas sur le négatif. Même si l'économie a diminué de 10%, vous pouvez encore croître. Il y a encore des entreprises. Ce n’est pas comme il n'y avait plus d’entreprises. Simplement, vous ne pourrez pas croître aussi rapidement «Il disait toujours, il n'y a pas d'excuse -. Vous pouvez encore croître »", disait Demangos.

Avec le recul, il pense maintenant qu'il a peut-être été en meilleure position pour survivre à la récession que ses concurrents mieux établis.

"Je ne dirais pas que c’était plus facile, mais c’était certainement un défi différent," dit Demangos. "Pour démarrer une entreprise à un moment aussi bas, on ne pouvait que monter.. Vous ne pouvez pas aller vers le bas. Ca va possiblement prendre un peu plus de temps à développer, c’est mieux que ceux qui perdaient leur entreprise et devaient se restructurer. Pour moi, ce fut une histoire de croissance. J’ai grandi à un rythme plus lent, mais je croissais tout au long de ces années. Ce n’était pas un mauvais temps de progresser. Nous n’avions pas des charges héritées du passé. Cela m'a vraiment appris à gérer avec peu de ressources et à ce jour, nous gérons encore un navire serré. Ce fut un bon entraînement. "

• Beaucoup d'entreprises de camionnage n’ont pas survécu à la récession, mais Fortigo a émergé plus grand et plus fort. Maintenant, il poursuit son mandat initial de fournir des services de flottes dédiées aux expéditeurs qui veulent se débarrasser de leurs propre flotte privée. De nombreux manufacturiers a réalisé Demangos ont développé des divisions de camionnage presque par accident, et sont de plus en plus préoccupés par les risques et les responsabilités croissantes de leur flotte de camions au lieu de se concentrer sur leurs activités de base

."La plupart des entreprises sont comme tombé dans le camionnage," dit-il. "Ils devaient livrer des marchandises et ils ont loué un camion pour faire des livraisons. Ensuite, ils avaient suffisamment de livraisons qu'ils ont loué un camion et mis le nom de l'expéditeur sur le camion. Puis ils ont assez grandi pour avoir besoin d'un autre camion et ont engagé un chauffeur.- Ils sont comme tombé dans le transport. ".

Beaucoup de ces manufacturiers étaient impatients de concentrer leur attention sur leurs compétences de base et laisser un camionneur compétent s’inquiéter des choses comme le recrutement de chauffeurs tout en respectant l'environnement réglementaire de plus en plus complexe de l'industrie du camionnage. Laisser la responsabilité du transport a également permis de réaffecter leur capital à des projets qui soutiennent leurs activités de fabrication. Toutefois, l'abandon du contrôle d'un élément crucial de leur chaîne d'approvisionnement ne constitue pas une décision facile à prendre pour tout fabricant avec une flotte privée – cette responsabilité si elle est incorrectement exécuté pourrait conduire à leur perte.

De ce fait, des erreurs au cours de la transition ne peuvent tout simplement pas se produire. Demangos se réfère au processus comme un processus de «chirurgie à cœur ouvert."

"Un client qui fait des gadgets, fabrique le gadget, fixe le prix du gadget, entrepose le gadget et enfin vend son gadget. Si vous n'êtes pas là pour livrer le gadget, l'ensemble de tous ces efforts aura disparu à cause de vous, de votre erreur ", explique Demangos. "Dans le monde du LTL vous pouvez avoir une palette et si vous faites bien, vous obtiendrez une autre palette le lendemain. Si vous ne faites pas bien, le client ne vous donnera plus jamais de palettes. Dans le monde dédié, vous êtes soit dans l'eau ou que vous n'êtes pas dans l'eau. Vous obtenez tous les camions de la flotte ou vous n’obtenez aucun camion de la flotte ".

Pour embarquer un nouveau client peut prendre des semaines ou des mois, en fonction de la complexité des opérations. Cela signifie aussi que quand Fortigo décroche un nouveau client, il peut se trouver à devoir embaucher des dizaines de chauffeurs très rapidement. Parfois, l'entreprise va embaucher les chauffeurs de flottes privées, mais d'autres fois, elle déploie sa propre, ce qui signifie qu’un inventaire de chauffeurs compétent est nécessaire.

«Même si nous ne disposons pas d’opportunités, nous sommes constamment à cultiver nos relations et garder contact avec les chauffeurs que nous connaissons dans notre réseau, de sorte que quand un client vient à bord que nous pouvons tirer le meilleur de ce que la liste des chauffeurs que nous avons ", dit Demangos.

Pour les chauffeurs de camion, travaillant pour une flotte dédiée cela peut signifier beaucoup plus que simplement conduire.

"Nous avons des conducteurs qui garniront les étagères sur un site de client," dit Demangos. "Nous avons des conducteurs qui font des choses pour les clients que leur expédition et le personnel de réception devraient faire ou ce que leur personnel de service à la clientèle devraient faire."

Malgré la variété les taches en cause, ou peut-être du genre de travail demandé le roulement de chauffeurs est extrêmement faible.

L'approche de Demangos à trouver et à conserver le talent est simple.

«Compensez équitablement,, aidez-les à se rendre compte qu'ils font partie de la famille. Le fait que ce soit un contrat dédié contribue certainement. Le fait qu'il sont de retour chez eux chaque soir dans la plupart des cas aide certainement, ils ont une certaine cohérence à leur vie ".

Le traitement des chauffeurs chez Fortigo est une autre valeur qui a été installé par le père de Demangos

"Mon père a commencé comme chauffeur, quand j’étais un encore un gamin dans les années 80 j’allais aux réunions de chauffeurs le samedi matin," se souvient-il. «Je me souviens des chauffeurs qui allaient le voir après les réunions pour partager leurs préoccupations et ensuite sur le chemin du retour à la maison, mon père partageait avec mon frère et moi comment important étaient les chauffeurs. Car disait–il sans les chauffeurs nous ne serions pas capable de transporter quoi que ce soit le lundi matin.

Alors qu’Angelo Demangos n’est pas impliqué dans les opérations au jour le jour de Fortigo Freight, il sert encore comme un mentor inestimable pour son fils. Ils partagent des idées sur les stratégies de développement des affaires et des entreprises en général.

«Nous parlons tous les jours et je partage avec lui mes défis», dit Demangos. «Il est un mentor et un meneur, il me garde motivé et me garde les pieds sur terre."

Une des plus grandes différences aujourd'hui, à partir de quand Angelo dirigeait Fairway, est le rôle de la technologie. Alors que Fairway a été considéré comme une société progressive, en son temps, rapide à automatiser certains procédés, Elias a une philosophie différente de la technologie.

"A l'époque de mon père, la technologie n'était pas été aussi implantée tel qu'elle est aujourd'hui avec la clientèle», dit-il. En fait, le jeune Demangos a une approche unique à l'adoption de la technologie: Si elle ne bénéficie pas directement le client, il n’investira pas dans ce secteur. Et plutôt que de forcer des technologies et des systèmes chez un client, Fortigo assure que ses propres technologies peuvent être intégrées à celles que ses clients utilisent déjà.

"Notre plate-forme technologique doit être une que nous pouvons ajuster régulièrement. Non seulement ajuster, mais intégrer avec les clients", dit-il.

Aujourd'hui, Fortigo Freight poursuit sa croissance avec près de 500 camions à travers son réseau, qui est centré en Ontario avec une forte présence dans les provinces voisines. La vision de Demangos a été validé par le fait tous les clients de l'entreprise ont renouvelé leurs contrats, aucun n'est retourné à l'exploitation de sa propre flotte de camions.

"Nous avons pas perdu un seul client depuis le tout premier jour», dit-il, ajoutant que de maintenir ce record est un de ses objectifs très prioritaires.

Il tourne également son attention à la planification de la succession - mais à 31 ans, il ne planifie pas de faire autre chose.

"Comme nos dirigeants seniors commencent à prendre leur retraite, une de mes responsabilités envers notre clientèle et notre organisation ainsi qu’à nos chauffeurs est d'avoir la bonne équipe de direction en place, mettre les bonnes personnes à bord et de bien les former », dit Demangos. "C’est un défi et c’est quelque chose sur quoi nous passons beaucoup de temps

Étant donné le succès que Fortigo a atteint et sa croissance des plus enviables, clairement, s’il voulait, Demangos pourrait vendre la société, encaisser, et passer le reste de ses jours en sirotant un Ouzo sur une plage de la Méditerranée. Mais ce n’est pas dans les cartes, ce n’est pas non plus quelque chose à quoi il aspire. Demangos dit qu'il est en amour avec la minutie de l'entreprise et ne voit pas le moment où il abandonnerait le contrôle des opérations au jour le jour.

J’aime l'agitation de l'entreprise," dit-il. «J’aime les défis que cela procure. J’apprécie les hauts et les bas. Je n’aime pas les fins de semaines, parce qu'il n'y a pas beaucoup d'agitation.

Le dimanche est tout simplement le pire, dit-il.

Mais au cours de ces jours de tranquillité, le dimanche et les jours fériés, Demangos peut encore revivre sa jeunesse en marchant à travers l’entrepôt et en admirant la marchandise de différentes couleurs empilée, destinées à toutes sortes d'endroits différents. La seule différence entre hier et aujourd'hui est qu'il est dans son entrepôt.

Fortigo freight transport company Alberta